Soif sentimentale

Gamin, je passais des semaines en été

Avec ma mère adoptive. Gâté,

Mais ennuyé, sans autres garçons

Pour jouer au foot, rigoler et autres façons

De détente. Avoir le cafard,

Un sort similaire au nocturne cauchemar.

Des activités corporelles dans le quotidien

Suivent un mode circadien,

Mais la soif affective du cœur et de l’esprit,

A fleur de peau ne tolère pas le mépris.

Comme une sève saturant nos pores goutte par goutte,

Aigre-douce, tenace, étanche à aucune déroute.

Parfois elle me demandait si je voyais le facteur,

Une question dont je ne comprenais pas l’ampleur.

Sa fille ainée vivait aux USA depuis des années.

Sans ses nouvelles, prête à chicaner.

Plus tard j’ai savouré la valeur d’une missive

Qui épiça ma vie comme par une cive,

D’un parent en outre-mer, loin des yeux, proche du cœur.

Une écriture vivifiant et réchauffant le cœur.

Un amour griffonné par une absence

Est repu par une passionnée correspondance.

Une vraie amitié en dépit d’une séparation de longue date

Survit, s’abreuvant de messages, même rédigés à la hâte.

La missive de nos jours est supplantée,

Mais la soif d’un « Je t’aime, » ou « En toute amitié »

Demeure insatiable. Les moyens de communication

Ont rapidement augmenté

Et nos vies sont agrémentées

Par le texto, mèl, la vidéo,

De l’Alaska au Bornéo,

Cette soif humaine en pleine amplification,

Sempiternelle, universelle, qui ensorcelle.

 

Swaf santimantal

Ti moun, an ete kay manman adoptif

Mwen. Gate, men anuiye, paske wazif

San lòt ti gason pou jwe boul, badnen

Ou byen fè lago. Raz lajounen

Se tankou kochma nan nwit. Kò nou gen

Bezwen ki mache kou revèy. Men

Kè e lespri w anvayi de swaf pou afeksyon

Ki nan venn nou e ki pa sipòte desepsyon.

Youn sèv brak, tilandeng, kap soti gout pa gout

Sou po n. Nou pa ka detounen l nan wout.

 

Pafwa li te mande m si m te wè faktè

Youn kesyon ke m pat ka wè klè.

Premye pitit fi l t ap viv Nou Yòk depi dat

San nouvèl li, li te akaryat.

M vin savoure valè yon lèt tou

Tankou piman ki bay manje fad gou

Lè yon paran lòt bò, lwen zye w, pre kè w

Ekri w. Sa kòdase e chofe kè w.

Penitans yon remen kap soufri de distans

Pran kalmi pa pasyon nan korespondans.

Amitye sensè, resiste separasyon

Si l nouri pa kominikasyon,

Ke l brid sou kou,

Kin alaganach, men veridik tou.

Ekri lèt pa fèt souvan ankò

 

Return to homepage